L’appartenance à un institut séculier n’est pas secrète

6/1/2015

Instituts séculiers

Alors que les religieux et religieuses sont habituellement facilement identifiés comme tels, on peut rencontrer un membre d’Institut séculier sans s’en rendre compte.

«L’appartenance à un institut séculier n’est pas secrète, dit Claudette Cyr, membre de l’Institut séculier Les Oblates missionnaires de Marie Immaculée depuis 58 ans, c’est plutôt une question de discrétion. »

Les Oblates, un institut séculier féminin, compte 460 membres qui vivent et œuvrent en 20 pays. Fondé au Canada en 1952, l’institut est essentiellement missionnaire; la plupart de ses membres gagnent leur vie dans des emplois séculiers.

Ces femmes s’engagent par vœux à vivre la pauvreté, la chasteté et l’obéissance. Elles se distinguent de la vie religieuse du fait qu’elles ne vivent pas en communauté. On s’adresse à elle par le titre civil < madame >.  

« Le don de soi à Dieu est permanent, dit Anita Plourde, présidente de l’Institut, mais, dans l’Église, nous demeurons laïques. »

Madame Cyr, qui demeure au Connecticut, a travaillé pendant 16 ans en immigration dans un organisme à but non lucratif ensuite, pendant deux décennies, en immigration dans un bureau du Gouvernement fédéral. Pendant ce temps, elle considérait que son apostolat s’exerçait autant auprès de ses collègues de travail qu’avec sas clientèle immigrante.

« Vous faites ce qui est juste devant vous », ainsi Madame Cyr qualifie-t-elle ses efforts pour promouvoir une attitude charitable et positive au bureau. « Je ne suis pas une personne négative. Je vis le moment présent et cela avec une attitude positive. »

Madame Plourde dit que les membres de l’Institut sont reconnus de leur entourage comme des personnes à l’écoute.

Les gens viennent les trouver lorsqu’ils ont des problèmes, dit-elle.

Texte de Michelle M. de l’Illinois

Pour lire l’article original, allez au lien : https://www.osv.com/Article/TabId/493/ArtMID/13569/ArticleID/16797/Consecrated-life.aspx#sthash.kyOCBJl9.FfhVBAU9.dpuf

Pour plus d’information sur les instituts séculiers dans le monde : http://www.cmis-int.org/fr/

Article paru dans Our Sunday Visitor (Visiteur du dimanche), le 1 février, 2015.)